Les réserves naturelles

 
 

Nid de cigogne et nichoir de faucon crécerelle © Thierry Degen - Terra

Le département de la Charente-Maritime compte quatre réserves naturelles nationales et une réserve naturelle régionale.

Ces réserves naturelles accomplissent trois missions indissociables :
• la protection à long terme de ces patrimoines naturels exceptionnels et de leurs espaces animales et végétales,
• la gestion de ces espaces,
• la sensibilisation du public.

Elles ont vocation à intégrer la Trame verte et bleue.

 

Les réserves naturelles nationales


Les réserves naturelles nationales (RNN) sont des territoires classés en application de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 (art. L. 332-1 à L. 332-10  et L. 332-13 à L. 332-27 du code de l'environnement ). Elles ont pour vocation de préserver des milieux naturels fonctionnels, écologiquement représentatifs et à forte valeur patrimoniale.

> Le territoire d'application : le zonage RNN concerne tout ou partie du territoire d'une ou plusieurs communes dont la flore, la faune, le sol, les eaux, les gisements de minéraux ou de fossiles ou le milieu naturel présentent une importance particulière ou qu'il est nécessaire de soustraire à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader. Le domaine public maritime et les eaux territoriales peuvent également être classés en RNN.

> Les objectifs : la RNN est un outil de protection à long terme dont les objectifs sont définis à l'art. L. 332-1 du code de l'environnement . Ces sites sont soustraits à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader, mais peuvent faire l’objet de mesures de réhabilitation écologique ou de gestion en fonction des objectifs de conservation.

> La procédure : les RNN sont créées à l’initiative de l’État. Après consultation préalable de la commission Aires Protégées du Conseil National de la Protection de la Nature, le projet de classement est soumis à enquête publique et consultations. La RNN est instituée par décret simple ou décret en Conseil d’État.

> La gestion : la gestion des réserves nationales est confiée par le Préfet à un organisme local qui agit en concertation avec les acteurs du territoire.

 
Prairie fleurie Réserve naturelle du marais d'Yves © Thierry Degen - Terra

Prairie fleurie, réserve naturelle du marais d'Yves © Thierry Degen - Terra

 
Les quatre réserves naturelles nationales de la Charente-Maritime traduisent le rôle essentiel du département pour l’accueil international de l'avifaune, notamment lors des migrations ou comme zone d'hivernage.

> La réserve naturelle nationale de la Baie de l'Aiguillon. A cheval sur la Vendée (2 300 ha) et la Charente-Maritime (2 600 ha), cette réserve couvre une vaste zone du Marais Poitevin et constitue un site rare, représentatif de deux milieux naturels d'une exceptionnelle productivité biologique : les prés salés (schorre) et la vasière (slikke). Sa situation géographique sur la grande voie de migration Est-Atlantique et ses habitats typiques font de la réserve de l'Aiguillon un site d'importance internationale pour de nombreux oiseaux en hivernage ou escale migratoire.

> La réserve naturelle nationale de Lilleau des Niges sur l'Ile de Ré. La réserve naturelle de Lilleau des Niges, située à l'intérieur du Fier d'Ars au Nord de l’île de Ré, abrite deux milieux caractéristiques : d’anciens marais salants entourés de "bosses " herbeuses et une succession de prés salés et vasières recouverts à marée haute. Véritable carrefour de migration, cette réserve a déjà permis l’observation de plus de 310 espèces d’oiseaux.

> La réserve naturelle nationale du Marais d'Yves. La variété des milieux de cette réserve (estran vaseux, dunes sèches et pannes, marais et roselières, prairies humides, haies de tamaris, bosquets et fourrés…), synonyme de diversité biologique, permet de rencontrer une multitude d’espèces végétales (plus de 570 espèces de plantes à fleurs dont une quarantaine sont patrimoniales) et animales (pas moins de 250 espèces d’oiseaux fréquentent la baie d'Yves).

> La réserve naturelle nationale de Moëze-Oléron. La réserve de Moëze-Oléron constitue l'un de site d’importance internationale pour l’hivernage et la migration de nombreux oiseaux sur la grande voie migratoires Est-Atlantique. Sa partie maritime comprend 5 000 hectares de vasières qui abritent une vie extraordinairement riche, festin pour plusieurs dizaines de milliers de limicoles migrateurs et hivernants.

 
En savoir plus :

Le site Réserves naturelles de France

 

Les réserves naturelles régionales


En 2002, la loi "Dé­mo­cra­tie de proxi­mité" a donné com­pé­tence aux Ré­gions pour créer des ré­serves na­tu­relles ré­gio­nales (RNR) et ad­mi­nis­trer les an­ciennes ré­serves na­tu­relles vo­lon­taires. Les Ré­gions dis­posent ainsi d’un outil ré­gle­men­taire équi­valent à ceux de l’État pour pro­té­ger leurs es­paces na­tu­rels re­mar­quables et valoriser leur territoire.

Pla­cées sous la res­pon­sa­bi­lité ex­clu­sive des conseils ré­gio­naux, qui ont en charge leur créa­tion et leur ges­tion ad­mi­nis­tra­tive, les RNR fe­ront par­tie des « ré­ser­voirs de bio­di­ver­sité » de la fu­ture Trame verte et bleue  na­tio­nale.

Le 5 jan­vier 2012, est parue une or­don­nance des­ti­née à sim­pli­fier et cla­ri­fier cer­taines dis­po­si­tions lé­gis­la­tives re­la­tives aux ré­serves na­tu­relles. Parmi les dis­po­si­tions les plus si­gni­fi­ca­tives tou­chant les RNR : l'ar­ticle L. 332-3 du code de l’en­vi­ron­ne­ment  qui pré­voit ex­pres­sé­ment que "toute action susceptible de nuire au développement naturel de la faune et de la flore, au patrimoine géologique et, plus généralement, d'altérer le caractère de ladite réserve" peur être ré­gle­men­tée ou in­ter­dite.

 
RNR La Massonne
 
La réserve naturelle régionale de La Massonne. Située entre les marais de Brouage et les landes de Cadeuil, cette réserve classée réserve naturelle volontaire depuis 1997 et réserve naturelle régionale depuis 2012, s'étend sur près de100 hectares.

Elle compte quatre milieux principaux : les marais, les landes, des boisements très diversifiés et des prairies. Sa flore compte 600 espèces de plantes recensées, dont 28 espèces patrimoniales et de nombreuses espèces rares en Poitou-Charentes comme l’iris de Sibérie. La faune est également remarquable. On compte par exemple 27 espèces de libellules, 32 espèces de papillons et 12 espèces d’insectes d’intérêt patrimonial. La loutre d’Europe est présente sur le site, de même que 81 % des espèces de chiroptères recensées en Charente-Maritime.

 
En savoir plus :

Le site Réserves naturelles de France