avant 2017

Réunion des maires sur la sécurité

 
 
Réunion des maires sur la sécurité

Eric JALON, préfet de la Charente-Maritime, et Michel DOUBLET, président de l'association des maires, ont réuni le lundi 10 octobre 2016 les maires du département au sujet des enjeux de sécurité.

Trois cents représentants de communes et cinq parlementaires (Mmes TALLARD et IMBERT, MM. FALORNI, LALANDE et QUENTIN) étaient présents et ont pu échanger avec les représentants des services de l’État. Le préfet était accompagné du procureur de Saintes, du vice-procureur de La Rochelle, du directeur départemental de la sécurité publique, du colonel, commandant de groupement de gendarmerie départementale, du directeur adjoint du service départemental d’incendie et de secours et d’un représentant du directeur académique des services de l’éducation nationale en Charente-Maritime.

 Les discussions, riches et constructives, ont porté sur les points suivants :

- la sécurisation des grands événements, qui se sont déroulés dans un contexte de grande réactivité après les événements tragiques du 14 juillet à Nice. La mobilisation et la coordination des collectivités territoriales, des organisateurs et des services de l’État ont permis la tenue des grandes manifestations en toute sécurité, sur l'ensemble du département (Francofolies, Championnat de plongeons Red Bull, festival pyro-mélodique de Royan, Summer Sound de Rochefort,...).

Au final, seuls deux événements ont été annulés en raison d'une anticipation et d'une préparation insuffisante. Le Préfet a remercié les maires pour leur engagement et pour l’énergie qu’ils mettent chaque été à faire du département, par les nombreuses activités qu’ils proposent, une destination touristique de premier plan. Il a également rendu hommage à la mobilisation des policiers, des gendarmes, des sapeurs pompiers et de l’ensemble des acteurs du secours.

En moyenne, les principaux événements de l’été, entre 100 et 150 fonctionnaires de police, militaires de la gendarmerie, réservistes de ces services, ou militaires de l'opération « Sentinelle », ont été présents sur le terrain pour assurer la sécurité des Charentais-Maritimes. Des pistes d'amélioration ont été évoquées pour l'avenir parmi lesquelles une meilleure anticipation sur le calendrier afin d’éviter la simultanéité d’événements d’ampleur, ainsi que l’établissement d’une programmation des manifestations en amont.

- la sécurité au quotidien dans le cadre de la menace terroriste : Les échanges ont porté sur la mise en œuvre des instructions de sécurité par les communes dans le cadre du plan Vigipirate, notamment la sécurisation des établissements scolaires, l'équipement des polices municipales ou la vidéo protection. Le Préfet a rappelé la forte mobilisation dont ont fait preuve les services de la police et la gendarmerie nationale en appui des maires. Il a également rappelé le niveau du financement alloué par l’État permettant aux communes de se doter de moyens adaptés : pour l’équipement des polices municipales, les gilets pare-balles sont financés à hauteur de 50 %, les dispositifs radio à hauteur de 30 %.

L’État a par ailleurs mobilisé 50 millions d’euros au niveau national en vue de financer les travaux de sécurisation des établissements scolaires dans le cadre du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD), avec des taux de financement pouvant aller jusqu’à 80 % ; près de 25 % des écoles et la quasi-totalité des collèges du département ont présenté à ce jour un dossier de financement. En complément de cette enveloppe nationale dont l’attribution relève du Secrétariat Général du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation, le Préfet s’est aussi engagé à examiner ces demandes au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) aux travaux de sécurité, en sus des sommes du FIPD.

En outre, le Préfet a annoncé la création prochaine d'un groupe de travail rassemblant des maires et les services de l’État (gendarmerie, Education nationale) pour répondre aux préoccupations pratiques des communes concernant les difficultés auxquelles elles font face dans ce domaine, et élaborer un guide de bonnes pratiques.

Le Préfet a par ailleurs souligné la qualité du travail mené par l’Education nationale afin de pouvoir répondre aux crises les plus graves : 90 % des écoles et 95 % des établissements de l’enseignement secondaire du département ont élaboré un plan particulier de mise en sûreté (PPMS) et l’intégralité des établissements concernés auront réalisé un exercice de déclenchement du PPMS sur la base d’un scénario « intrusion » adapté à l’âge des élèves d’ici les prochaines vacances scolaires.

Il a en outre rappelé la nécessité d’articuler pleinement ces plans internes aux établissements avec les plans communaux de sauvegarde (PCS).

- Enfin dans le domaine de la sécurité civile, deux thèmes ont notamment été abordés :

   => La réalisation et la mise en œuvre des plans communaux de sauvegarde (PCS) qui déterminent, en fonction des risques connus, les mesures immédiates de protection et de sauvegarde des personnes, prises par les collectivités territoriales. Si 77 communes ont obligation d’établir un PCS en Charente-Maritime, 111 en sont dotés dans le département : les maires sont donc proactifs et prennent en compte les différents risques pesant sur leurs communes. Le Préfet a rappelé tout l’intérêt de disposer de cet outil pragmatique et collaboratif pour assurer une gestion efficace des événements naturels ou technologiques qui peuvent toucher une commune.

   => Une attention particulière doit être portée par les maires à la bonne articulation entre les PCS et les mesures de protection propres aux campings afin de pouvoir réagir de manière efficace à la survenance de tout risque dans ces établissements qui accueillent plusieurs centaines de milliers de personnes chaque année. La Charente-Maritime est en effet le troisième département de France par le nombre d’emplacements.

> fiche - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,06 Mb

 
 

Documents listés dans l’article :